Wilhelm Frick

frick

Homme politique
(Alsena - Allemagne, 12 mars 1877 || Nuremberg - Allemagne, 16 octobre 1946)

Il est né dans le Palatinat et issu d'une famille paysanne. Officier de police à Munich (Allemagne), il rejoint le NSDAP et prend part au putsch de novembre 1923. Il est arrêté et reconnu coupable, il sera condamné à 15 mois de prison.

En 1924, il est élu député au Reichstag où il s'associe aux radicaux du NSDAP emmené par Gregor Strasser.

En janvier 1930, il devient ministre de l'Intérieur de l'État de Thuringe et ainsi le premier homme politique nazi à obtenir un poste de ministre.

Quand Hitler devient chancelier en 1933, il nomme Frick comme ministre de l'Intérieur.
Celui-ci se rendra responsable de plusieurs lois :
- la loi des pleins pouvoirs de février à mars 1933.
- le décret de dissolution des partis du 14 juillet 1933.
- les lois de Nuremberg (lois antisémites, c'est à ce moment-là que commence la persécution des Juifs en Allemagne).
- le décret du 1er juillet 1943 qui soumet les juifs à la police judiciaire et les livre à la Gestapo sans aucune mesure de protection.

En 1943, il est écarté par Himmler et perd son poste de ministre de l'Intérieur. Hitler le nomme alors Reichsprotektor de Bohême Moravie, poste qu'il garde jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Il est accusé de crime contre l'humanité lors du procès de Nuremberg. Il tentera d'argumenter en racontant qu'il n'avait pas voulu les meurtres de masse en projetant les lois de Nuremberg bien qu'il ait accepté ce qui s'est produit. Il fut reconnu coupable et exécuté le 16 octobre 1946 à la mort par pendaison.