Henri Frenay

frenay

Résistant et homme politique
(Lyon - France, 19 novembre 1905 || Porto-Vecchio - Corse, 6 août 1988)

Saint-Cyrien, il refuse la défaite et fonde le mouvement Combat. En octobre 1941, il rencontre Jean Moulin et en août 1942, le général de Gaulle. Henri Frenay est membre du comité directeur des Mouvements unis de Résistance (unification de Combat, Libération et Franc-Tireur). Il a de nombreux contacts avec Mitterrand. À la Libération, il est un des fondateurs de l'Union démocratique et socialiste de la Résistance (U.D.S.R.).

Il est nommé en novembre 1943 commissaire aux prisonniers, déportés et réfugiés du Comité français de la Libération nationale d'Alger, puis au gouvernement provisoire de la République française, en 1944 et jusqu'au 21 octobre 1945. Il s'attelle à la tâche immense d'assurer le retour en France de 1 300 000 prisonniers et déportés entre mars et juillet 1945. Président de l'Union européenne des fédéralistes (U.E.F.), il ne partage pas les conceptions européennes de De Gaulle avec lequel il ne s'entend plus. Il participe au congrès de La Haye en 1948. Il démissionne de la présidence de l'U.E.F. après le rejet de la C.E.D. en 1954. Il est candidat malheureux de la S.F.I.O aux élections législatives de 1958, souhaite l'élection de Defferre à la présidence et appelle à voter contre de Gaulle en 1965. Il fut administrateur de sociétés d'édition. Il a épousé le docteur Chilina Ciosi. Compagnon de la Libération, Henri Frenay a été fait Grand-Croix de la Légion d'honneur.