Jagdpanzer VI Jagdtiger

Comme le char super lourd Maus - qui fut un échec - le jagdtiger fut la dernière expression de l'obsession d'Hitler pour des chars toujours plus lourds. Le Jagdtiger était un engin impressionnant, mais qui, en définitive, se révéla inefficace du point de vue tactique.

Jagdpanzer VI Jagdpatiger 3

 

Jagdpanzer VI Jagdtiger
Système de propulsion :
Moteur V12 à essence Maybach HL230P30 de 522 kw (700 hp)
Vitesse :
Vitesse maximum sur route : 38 km/h ; autonomie sur route : 170 kms
Dimensions :
L : 10,65 m ; l : 3,63 m ; H : 2,95 m

 

 

Le Jagdtiger était le char blindé le plus lourd qui ait servi pendant la Seconde Guerre mondiale. Il était doté du deuxième canon parmi les plus puissants de tous les canons des chars et chasseurs de chars de la période de la guerre. Le canon principal de 128 mm, conçu comme arme anti-chars, réussissait à perforer un blindage de 148 mm à 2 000 m de distance, ce qui signifie qu'il était capable de détuire n'importe quel char au monde. Le blindage frontal supérieur du Jagdtiger de 250 mm, représentait un record par son épaisseur, et était impénétrable à tout blindé, sauf aux cuirassés. Ce char fut construit, comme c'était l'usage à l'époque, comme une copie du récent Tiger II, en version chasseur de chars. En octobre 1943, Hitler approuva le projet, dont le premier prototype vit le jour en avril 1944.

Selon les ordres, la production devait être interrompue après l'achèvement de 150 exemplaires, pour être consacrée ensuite à la production du Panther. Mais il n'en fut pas ainsi et la production reprit en janvier 1945.

Les deux unités qui reçurent les Jagdtiger, un bataillon de Panzerjäger et un bataillon indépendant de chars lourds, étaient engagées sur le front occidental : la première dans l'offensive des Ardennes de décembre 1944 et la seconde dans la défense de l'Allemagne, y compris dans la bataille sur le pont de Remagen du mois de mars 1945. Les chars lourds Jagdtiger consommaient beaucoup de carburant, étaient lents et difficiles à camoufler. La plupart furent finalement écrasés par l'infanterie avec des bazookas ou par des attaques ciblées sur les parties vulnérables (roues et chenilles) et furent laissés comme bornes militaires sur la route de Berlin.

 

42010
042jagdtiger
46210
a04
capturedjagdtiger
img10
Jagdpanzer-VI-Jagdpatiger3
jagdtiger
jagdtiger6
Jagdtiger-Big
sdkfz186-jagdpanzer-vi-jagdtiger-2
Jagdtiger1