Panzer V Ausf D Panther

 Le Panther, l'un des chars les plus performants, est le fruit des expériences de combat et intègre les caractéristiques fondamentales des chars soviétiques. Au cours du conflits, 5976 exemplaires en furent produits.

Panzer-V Panther Ausf-D

 

Panzer V Ausf D Panther
Système de propulsion :
Moteur V12 à essence MAYBACH HL230P30 de 522 kw (700 hp)
Vitesse :
Vitesse maximum sur route : 46 km/h ; autonomie sur route : 200 kms
Dimensions :
L : 8,86 m ; l : 3,40 m ; H : 2,98 m

 

Bien que pendant la guerre ses débuts aient été désastreux, le Panther progressa jusqu'à devenir le meilleur et le plus adaptable des chars allemands. Conçu pour répondre au T-34 soviétique, le Panther se distinguait par l'inclinaison du blindage avant, la largeur des chenilles, la puissance du moteur et l'efficacité du canon. Doté d'une excellente mobilité, surtout sur les terrains les plus difficiles, il joua un rôle considérable lors de nombreuses batailles. Les trois innovations du Panther, issues de l'expérience soviétique, étaient les roues (galets porteurs qui se trouvent à l'intérieur des chenilles) de grand diamètre, le blindage incliné sur toutes les surfaces et le canon en saillie. Ce dernier n'apparaissait pas sur les Panther précédents, car il empêchait le mouvement de la tourelle.

Le premier prototype fut prêt en septembre 1942 et une commande prioritaire fut immédiatement passée (la première production du modèle Panzer V Panther Ausf D fut lancée en seulement deux mois). De nombreuses usines se mirent au travail jusqu'à atteindre, en 1944, un pic de production de 330 véhicules par mois. Toutefois, l'offensive contre l'Union Soviétique fut repoussée au mois de juillet pour pouvoir posséder un nombre suffisant de chars. Le rapide progrès du Panther révéla aussi les défauts des premiers véhicules utilisés dans la bataille de Koursk : suspensions brisées, mauvais fonctionnement des chenilles et moteurs qui prenaient feu facilement.

Les véhicules qui survécurent à ces premiers combats furent ensuite utilisés comme chars de commandement, dits Panzerbefehlswagen. Une autre version de remploi du char fut le Bergepanther V, utilisé pour remorqué les chars endommagés sur les champs de bataille. 350 engins de cette version sans tourelle étaient disponibles. Au milieu de l'année 1943, apparut l'Ausf G perfectionné et caractérisé par une nouvelle plaque de blindage inclinée et par une mitrailleuse montée sur support sphérique.

La version définitive de l'Ausf G apparut en mars 1944 : elle permettait à l'équipage d'avoir un meilleur champ de vision et avait un blindage latéral plus épais. Certains des chars successifs furent dotés de roues en acier (galets porteurs qui non seulement étaient plus résistants, mais sauvegardaient aussi les bandages) et un certain nombre disposèrent en outre d'un premier dispositif d'observation infrarouge - une technologie très avancée pour l'époque. Vers le milieu de l'année 1944, environ 450 exemplaires, dont quelque-uns étaient camouflés en chasseurs de char américains, afin de semer la confusion parmi les rangs des Alliés, participèrent à l'offensive des Ardennes.

La production des Panther s'élevait à un total de 5976 chars, dont 3126 étaient des Ausf G. Les derniers exemplaires furent livrés en avril 1945. Seuls furent achevés quelques prototypes du modèle Ausf F, qui était doté d'une tourelle plus petites et d'un canon de 88 mm.

L'entrée en guerre du Panther

En 1943, l'offensive allemande contre le saillant de Koursk fut différée au mois de juillet afin qu'un nombre suffisant de Panther soit disponible. Le 5 juillet, les premières unités partirent pour le front de la dernière position. Ce retard contribua incontestablement à leur faire perdre la bataille. Le développement et les essais des chars n'étaient pas encore définitifs et divers problèmes liés à la transmission, aux suspensions et au système de refroidissement contraignirent de nombreux chars à s'immobiliser, voire à s'arrêter avant d'avoir rejoint le champ de bataille.Les 250 premiers Panzer livrés avaient un moteur défectueux et étaient trop lourds. Sur le champ de bataille, une fois touchés, ils prenaient facilement feu et l'entraînement des équipages se révélait inadéquat. Un mois après seulement, il en restait moins de 45 en service.

Le légendaire général Heinz Guderian, devenu par la suite inspecteur général des forces blindées, définissait le Panther comme étant "notre enfant problématique". Des améliorations y furent cependant apportées bien vite et le Panther progressa jusqu'à obtenir une formidable réputation.

 Spécificités :

- Les pots d'échappement "brise-feu" placés à l'arrière du Panther empêchaient que l'incandescence rougeâtre provenant du pot d'échappement ne soit visible la nuit et ne révèle la position du char.

- L'armement primaire du Panther se composait d'un canon KwK 42 de 75 mm, long de 70 calibres. L'élévation du canon de la tourelle à fonctionnement hydraulique pouvait atteindre 18 degrès.

- Le blindage incliné de 30 degrès conférait une double résistance contre les obus perforants, qui rebondissaient au lieu de perforer. L'épaisseur du blindage de la tourelle était de 110 mm.

- Durant la production du Panther Ausf D, le blindage frontal fut augmenté pour passer de 60 à 80 mm. Sur le modèle successif Ausf A, de nouvelles caractéristiques furent introduites, telles que les roues (galets porteurs) en acier, une mitrailleuse insérée dans la paroi antérieure de la caisse et un blindage plus épais.

609426361470b691319fm
p5fg1
Panther-Ausf-G-SdKfz-171
tpzkpfw5a
Panzer-mk5-Panther-ausf-a
CCI200420140001
CCI20042014