Panzer VI Tger II

 Le King Tiger fut le char de combat le plus puissant de la Seconde Guerre mondiale. Il incarnait le duo gagnant du blindage et de l'armement, qui était très moderne en comparaison des progrès réalisés par les Alliés. Malheureusement pour l'Allemagne, ces chars furent produits en trop petit nombre.

de4

 

Panzer VI Tiger II
Système de propulsion :
Moteur V12 à essence MAYBACH HL230P30 de 522 kw (700 hp)
Vitesse :
Vitesse maximum sur route : 35 km/h ; autonomie sur route : 170 kms
Dimensions :
L : 10,3 m ; l : 3,76 m ; H : 3,08 m

 

Le King Tiger utilisait des obus perforants fortement explosifs. La capacité interne était de 72 coups.

L'avant de la tourelle Henschel avait une épaisseur maximale de 180 mm. La partie antérieure de la caisse, épaisse de 150 mm était presque aussi massive.

Comme le Panther et le Tiger, le King Tiger comportait des roues motrices (galets porteurs) en quiquonce dans les chenilles. De nombreuses autres caractéristiques, tels que les échappements et la structure frontale, étaient typiques du Panther.

Le canon KwK 43 L/71 de 88 mm avait une vitesse initiale de 1 130 m/seconde. Il pouvait perforer un blindage de 153 mm à 2 000 m de distance.

Les composants principaux du Tiger II n'étaient pas les mêmes que sur le Tiger I. Le Tiger II ressemblait beaucoup plus à un Panther de grandes dimensions.

Les 50 premiers exemplaires du King Tiger furent munis de la tourelle Porsche, qui était dotée d'un masque incurvé à l'avant. Cela empêchait le "pare-chocs" de dévier efficacement les projectiles et rendait ainsi le char vulnérable. Par conséquent, tous les chars successifs furent dotés de la tourelle Henschel.

Avec un poids au combat de 68 tonnes, le King Tiger fut le char le plus lourd utilisé pendant la guerre.

Le Tiger fut le plus grand char conventionnel de la guerre. Seul son grand frère, le Jagdtiger, était plus lourd que lui. Malgré un blindage et un armement meilleur que ceux des chars ennemis, il fut produit trop tard et en nombre insuffisant pour pouvoir changer le cours de la guerre. Le Tiger I ne pouvant pas supporter la version puissante du canon KwK 43 de 88 mm et d'une longueur de 71 calibres, un nouveau char fut commandé, qui domina la champ de bataille grâce à son blindage plus épais.

Bien que ces modèles aient été difficiles à réaliser et aient représenté un gaspillage de moyens, Hitler, qui croyait que "plus c'est grand, mieux c'est", donna carte blanche pour la construction d'engins tels que le Tiger II, connu aussi sous le nom de Königstiger et le canon automoteur Maus de 188 tonnes.

Entre janvier 1944 et mars 1945, l'usine Henschel produisit 489 Tiger II. Ces chars furent d'abord attribués aux unités d'entraînement, si bien que les unités de combat se trouvèrent dotées d'un équipement incomplet jusqu'à la période qui suivit le débarquement en Normandie. L'essentiel des nouveaux chars fut remis aux détachements blindés indépendants de l'armée et aux SS, ce qui sema la panique pendant la campagne des Ardennes jusqu'à l'épuisement des réserves de carburant. Beaucoup de ces géants connurent le même destin. Certains furent détruits par les attaques aériennes, d'autres par les chars ennemis.

BundesarchivBild101I-680-8282A-06BudapestPanzerVITigerIIKonigstiger
BundesarchivBild101I-721-0397-29FrankreichPanzerVITigerIIKonigstiger
BundesarchivBild146-1975-102-14APanzerVITigerIIKonigstiger
de4
image001
panzer6b
KTiger-1945-02
panzerkampfwagen-vi-tiger-ii-1
Tiger2-sSSPzAbt501-France1944-02
tigerII2