SdKfz 232 (8-RAD)

L'armée allemande utilisa de nombreux blindés de reconnaissance pendant la guerre. L'un des plus remarquables fut le SdKfz (8-Rad) ou "Achtrad", doté de  huit roues

sdkfz232 9

 

SdKfz 232 (8-rad)
Système de propulsion :
Moteur V8 à essence Büssing-NAG L8V de 112 kw (150 hp)
Vitesse :
Vitesse maximum sur route : 85 km/h ; autonomie sur route : 300 kms
Dimensions :
L : 8,86 m ; l : 2,20 m ; H : 2,35 m sans support d'antenne

 

Le 232 (8-rad) avait un petit canon KwK 30 de 20 mm et une mitrailleuse coaxiale MG 34.

Pour informer les unités Panzer ainsi que les autres unités des découvertes faites pendant les missions de reconnaissance, les 232 utilisaient une grande antenne liée à un puissant appareil radio à moyenne portée. C'était la seule particularité qui le distinguait du blindé SdKfz 231 (8-rad).

Les blindés à huit roues 231 et 232 réussissaient à franchir une tranchée d'une largeur maximum dde 1,50 m et à traverser des guets d'un mètre de profondeur.

Bien que l"Achtrad" ait été le premier char à rencontrer l'ennemi, il n'était pourvu d'aucun armement ni blindage particuliers. Toutrefois, il était capable de changer de direction très rapidement, voire en moins de 10 secondes.

Le sigle "SdKfz" signifiait "Sonderkraftfahrzeug", c'est à dire "véhicule à objectif spécial", et désignait les semi-chenillés, les blindés et les chasseurs de chars.

Le blindé SdKfz 232 (8-rad) était un excellent véhicule tout terrain, en partie grâce à ses roues qui étaient toutes dotées d'un système de direction complexe mais efficace, et à un système différentiel qui évitait aux roues internes d'être entraînées lors des changements de vitesse.

L'Allemagne fut l'un des premiers pays à construire des blindés qui n'étaient pas interdits par le traité de Versailles, puisque ces chars n'étaient pas armés. Leur développement fut aussi un moyen économique et rapide de motoriser l'armée et d'offrir aux industries la possibilité de construire des véhicules dotés de spécialités militaires.

Les blindés pouvus de roues multiples furent le résultat d'études réalisées sur des camions à quatre roues à traction arrière, qui furent finalisés en engins performants sur terrain irrégulier. Les camions pouvaient être transformés en les recouvrant de tôle blindée et en leur installant un deuxième système de direction à l'arrière. En 1927, on demanda aux blindés d'avoir la capacité de se déplacer aussi bien en avant qu'en arrière. En 1932, les blindés à six roues entrèrent sur le terrain. Mais, comme leurs performences se révélaient médiocres sur terrain irrégulier, on construisit des blindés à huit roues.

Le plus important char blindé à huit roues fut le Panzerspähwagen SdKfz 232. Le détachement d'artillerie de l'armée allemande attribua le même numéro d'identification aux six roues et aux huit roues. Le numéro de ces derniers fut complété par le suffixe "8-rad" afin de les distinguer des autres SdKfz 232, qui étaient des véhicules à six roues en configuration 6x6. Les SdKfz 231 et 232 furent attribués aux pelotons lourds des escadrons blindés de reconnaissance, pour travailler aux côtés des autres chars et leur fournir un appui-feu. Les 607 exemplaires produits furent utilisés sur tous les fronts.

panzerspahwagen
120211182037SdKfz2638-Rad1
recce-car8
sdkfz2329
sdkfz263-8-rad-1
sdkfz-232-8-rad-armored-car-01
sdkfz-232-8-rad-armored-car-02
sdkfz-232-8-rad-armored-car-03
sdkfz-263-8-rad-armored-car-01
sdkfz-232-8-rad-armored-car-balkans-01