SdKfz 234/2 Puma

Le Puma était un blindé de reconnaissance rapide et doté d'un bon blindage qui précédait la division principale. Ce char fut construit sous de nombreuses variantes mais en petites quantités - le 234/2 était équipé d'une tourelle blindée entièrement close.

1879 rn

 

SdKfz 234/2 Puma
Système de propulsion :
Moteur V12 diesel Tatra Model 103 de 164 kw (220 hp)
Vitesse :
Vitesse maximum sur route : 85 km/h ; autonomie sur route : 550 kms
Dimensions :
L : 6,80 m ; l : 2,33 m ; H : 2,38 m

 

Le Puma possédait un armement composé d'un canon KwK 39/1 de 50 mm et pouvait transporter à son bord 55 obus de munitions.

Contrairement à tous les autres blindés allemands, le Puma était doté d'un moteur diesel, qui prenait feu moins facilement en cas d'avarie.

Les Puma avaient des roues motrices autodirectionnelles (indispensables pour éviter aux roues arrières de patiner lors des changements de vitesse), ce qui représente un gros avantage pour un véhicule de reconnaissance.

Le manteau du canon, de type Saukopf, garantissait une protection balistique majeure. De nombreux chars allemands furent pourvus de cette protection au cours de la guerre.

Le Puma pouvait aussi être conduit de l'arrière du char - ce qui permettait de le conduire dans les deux directions à la même vitesse, grâce à la boite de vitesse à six rapports qui pouvaient être utilisés aussi bien en marche arrière.

La tourelle, dont la rotation s'effectuait manuellement, s'élevait de 20 degrés et avait une dépression de 10 degrés.

Le nombre restreint de Puma (101) construits fut attribué à quatre divisions Panzer et utilisé en Union Soviétique et en Europe occidentale.

 

Les Allemands utilisaient les blindés sur roues essentiellement pour les missions de reconnaissance. Les meilleurs blindés furent ceux de la série SdKfz 234, qui associaient une grande vitesse, une large autonomie et, pour les modèles succéssifs, une grande capacité d'attaque pour leurs dimensions. Le SdKfz 234/2, plus connu sous le nom de Puma, dérivait des premiers chars à huit roues, mais à la différence de ces engins, le Puma était une construction monobloc, de sorte que la caisse et le châssis ne faisaient qu'un.

Il comportait une tourelle intégralement close, qui était destinée à l'origine au char léger Leopard (projet qui fut ensuite annulé) et était doté d'un canon long, de 50 mm, qui réussissait à détruire presque tous les chars de reconnaissance ennemis. La production se poursuivit afin d'envoyer ce char en Afrique du Nord. Mais, lorsque les problèmes de la version dite "tropicale" furent finalement résolus, la campagne était déjà finie.

Les premiers engins furent employés sur le front Est où leur rayon d'action rendit des services inestimables. Le gros de l'armement lourd encouragea les Puma à attaquer l'ennemi, les détournant ainsi de leur but initial.

On construisit 101 exemplaires des modèles 234/2 Puma avec tourelle, 234/3 et 234/4 dotés de canons antichars installés en superstructures ouvertes et sans toit.

1-6th-puma-2073b
1-6th-puma-2072b
1-6th-puma-2074b
1-6th-puma-2075b
1-6th-puma-sd-kfz-256b
1-6th-puma-sd-kfz-255b
1-6th-puma-sd-kfz-257b
1-6th-puma-sd-kfz-258b
1879rn
6976792145c5d92bf5e4
Puma18
panzer8-4